Questions fréquentes et réponses relatives au danger d’incendie de forêt

Questions fréquentes et réponses relatives au danger d’incendie de forêt, à ses causes ainsi qu’aux compétences en matière de prévention et d’interdiction de faire du feu.

En hiver ou au début du printemps, le Tessin et les vallées méridionales des Grisons essentiellement connaissent un danger d’incendie accru, notamment en situation de vent du nord. Les rayons du soleil atteignent directement les sols forestiers, dépourvus de neige (à cette période, la végétation n’a pas encore commencé à pousser) et dessèchent les herbes et les feuilles mortes de l’année précédente.
En été, les sols forestiers s’assèchent en raison des températures diurnes élevées et des températures nocturnes clémentes, car la rosée est insuffisante, voire inexistante, et ne permet pas d’humidifier les sols. Le danger d’incendie de forêt peut donc s’accroître dans toute la Suisse à la surface du sol, en particulier dans les régions ensoleillées (expositions sud) et lors de vents secs tels que la bise ou le foehn.
Les facteurs suivants sont pris en compte :
- les précipitations effectives et les précipitations prévues pour les trois jours suivants ;
- les précipitations qui ont effectivement atteint les sols forestiers ;
- dans certains cas, l’indice feu météo (influence de l’ensemble des précipitations des semaines précédentes sur les sols forestiers et la végétation) ;
- l’humidité du sol (uniquement au Tessin) ;
- les prévisions météorologiques ;
- les spécificités locales telles que le type de sol (p. ex. sols calcaires perméables, qui retiennent peu l’humidité et se dessèchent rapidement).
Les connaissances du service forestier local sont essentielles pour l’évaluation du danger. Dans chaque cas de figure, les forestiers examinent la situation réelle en forêt. L’évaluation intègre également des connaissances scientifiques (p. ex. en hiver, les incendies de forêt touchent essentiellement le sud des Alpes et, en été, le nord des Alpes) ainsi que la statistique suisse des incendies de forêt (swissfire).
Le facteur humain est également à considérer. Lorsqu’il est prévu que le nombre de feux allumés en plein air augmentera (p. ex. le 1er août), ce risque est intégré à l’évaluation du danger.
Le facteur humain est la principale cause des incendies de forêt. Les départs d’incendie peuvent être dus à des activités humaines (p. ex. allumer un feu), à de la négligence (mégots mal éteints, pots d’échappement catalytiques brûlants de voitures et de motocycles garés sur des sols forestiers, feux mal éteints, etc.) ainsi qu’à des installations techniques telles que les caténaires électrifiées provoquant parfois des étincelles au passage de trains.
À long terme, le danger d’incendie de forêt devrait augmenter durant les mois estivaux en raison des changements climatiques. En hiver, il devrait rester au niveau actuel. Il est également probable que les situations météorologiques exceptionnelles (p. ex. périodes de sécheresse persistantes, variations de température extrêmes et rapides) deviennent plus fréquentes.

Le site Internet www.danger-incendie-foret.ch fournit une vue d’ensemble de la situation actuelle et des mesures prises dans les cantons (légende au bas de la page). Les communes et les services forestiers locaux peuvent fixer des mesures plus strictes si nécessaire en fonction des spécificités des sites et de la pratique usuelle.

Les mesures peuvent varier d’une région à l’autre. Les communiqués aux médias relatifs aux mesures actuelles sont affichés sur www.danger-incendie-foret.ch, dans la colonne de droite (lien). Pour connaître les mesures actuelles concernant une région en particulier, veuillez contacter directement les autorités locales (district ou commune).

La compétence d’édicter des mesures relève des cantons et les mesures peuvent donc différer d’un canton à l’autre. Pour obtenir des informations plus précises à ce sujet, veuillez contacter directement le service cantonal spécialisé (annexe 1).
En général, il incombe également aux cantons de mettre en oeuvre les mesures. Le service compétent diffère d’un canton à l’autre. Les interdictions de faire du feu sont souvent émises par le service forestier ou le service de protection de la population ou alors par le gouvernement cantonal, le district ou la commune. L’Office fédéral de l’environnement est l’instance fédérale responsable de la coordination des mesures cantonales et de l’information de la population et peut, dans certains cas, émettre des alertes. Il présente une vue d’ensemble nationale de la situation sur le site Internet www.danger-incendie-foret.ch.
L’interdiction de faire du feu n’est levée (levée de l’alerte) que lorsque les sols forestiers sont suffisamment imbibés d’eau et que les couches d’humus et de paille sont suffisamment humides. C’est pourquoi le danger d’incendie peut rester fort un certain temps en dépit des précipitations. L’évaluation du danger d’incendie prend en compte davantage de facteurs que les seules précipitations des 24 et 48 heures précédentes (voir question 2).
Pour obtenir des informations sur les raisons de l’alerte concernant une région en particulier, veuillez contacter directement le service cantonal spécialisé (annexe 1).
Pour obtenir des informations détaillées sur l’interdiction générale de faire du feu, veuillez contacter directement le service cantonal spécialisé. (annexe 1).
Pour connaître les mesures applicables dans une région particulière, veuillez contacter directement les autorités locales (district ou commune).
L’interdiction absolue de faire du feu en plein air est réglée au niveau cantonal et sa portée peut différer d’un canton à l’autre. Pour obtenir des informations plus précises à ce sujet, veuillez contacter directement le service cantonal spécialisé (annexe 1).
L’interdiction absolue de faire du feu dans les forêts et à proximité de celles-ci est réglée au niveau cantonal et sa portée peut différer d’un canton à l’autre. Pour obtenir des informations plus précises à ce sujet, veuillez contacter directement le service cantonal spécialisé (annexe 1).
Il existe plusieurs règles de conduite, dont les principales sont énumérées sur le site suivant : http://www.waldbrandgefahr.ch/fr/incendies-de-foret/causes-dincendies-et-regles-de-conduite/.
Les sites Internet des cantons fournissent des informations sur les spécificités locales.
En principe, si vous respectez les prescriptions en vigueur, vous contribuez à réduire le risque d’incendie de forêt et à éviter d’éventuels dommages.
Toutes les trois applications utilisent les mêmes degrés de danger, seul leur affichage diffère. Outre le degré de danger, le site Internet www.danger-incendie-foret.ch présente également les mesures en vigueur. Ainsi, la population est informée de ce qui est permis ou non dans une région. Les deux autres applications dangers-naturels.ch et Météosuisse affichent quant à elles uniquement les degrés de danger, et renvoient au site www.danger-incendie-foret.ch pour de plus amples informations.
Le site Internet www.danger-incendie-foret.ch affiche les régions d’alerte cantonales. Le site www.dangers-naturels.ch présente tous les dangers naturels qui menacent les régions d’alerte de la Confédération. La plupart de celles-ci coïncident avec les régions d’alerte cantonales.
Une interdiction nationale de faire du feu décidée par la Confédération contreviendrait aux dispositions légales qui délèguent aux cantons ou aux communes la compétence d’édicter des interdictions. En effet, il revient aux autorités locales d’évaluer la situation et de prendre des décisions tenant compte des spécificités et des conditions météorologiques locales.
Seul l’Office fédéral de la police a la compétence d’interdire les feux d’artifice à l’échelle nationale.
Un orage sec désigne un orage qui produit peu, voire pas de précipitations. Parfois, la température et la sécheresse de l’air sont si élevées que les gouttes de pluie s’évaporent avant même d’avoir atteint le sol. Si la foudre frappe lors d’un orage sec, elle peut, en période de sécheresse, déclencher un incendie de forêt. Ces dernières années, en Suisse, les incendies naturels se sont effectivement accrus au sud et en été (vraisemblablement en raison d’orages secs). En raison des changements climatiques, ce danger pourrait augmenter en Suisse à long terme.
Des informations détaillées (en allemand) peuvent être obtenues auprès du groupe de recherche Insubrische Ökosysteme de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL à Cadenazzo. Ce groupe étudie les liens entre l’utilisation du sol et les modifications globales des écosystèmes sur la base de l’exemple des écosystèmes insubriens. Il procède également à des recherches dans les domaines de la gestion et de la prévention des incendies de forêt.

Services spécialisés cantonaux

 

Canton

E-mail

Téléphone

Site Internet :

AG

wald@ag.ch

tél. 062 835 28 20

www.ag.ch/

AI

info@lfd.ai.ch

tél. 071 788 93 11

www.ai.ch/

AR

wald.natur@ar.ch

tél. 071 353 67 71

www.ar.ch/

BE

waldbrand@vol.be.ch

tél. 031 636 12 00

www.be.ch/waldbrandgefahr

BL/BS

afw@bl.ch

tél. 061 552 56 59

www.baselland.ch/

FR

forets@fr.ch

tél. 026 305 23 43

www.fr.ch/

GE

-

tél. 022 388 55 40

www.ge.ch/

GL

bauumwelt@gl.ch

tél. 055 646 64 00

www.gl.ch/

GR

info@awn.gr.ch

tél. 081 257 38 61

www.gr.ch/

JU

secr.env@jura.ch

tél. 032 420 48 00

www.jura.ch/

LU

lawa@lu.ch

tél. 041 349 74 00

www.lawa.lu.ch/

NE

SFFN@ne.ch

tél. 032 889 67 60

www.ne.ch/

 

NW

wald-energie@nw.ch

tél. 041 618 40 50

www.nw.ch/

OW

wald.landschaft@ow.ch

tél. 041 666 63 22

www.ow.ch/

SG

info.vdkfa@sg.ch

tél. 058 229 35 02

www.wald.sg.ch/

SH

kantonsforstamt@ktsh.ch

tél. 052 632 73 54

www.sh.ch/

SO

awjf@vd.so.ch

tél. 032 627 23 41

www.so.ch/

SZ

awn@sz.ch

tél. 041 819 18 35

www.sz.ch/

TG

forstamt@tg.ch

tél. 058 345 62 80

https://forstamt.tg.ch/

TI

dt-sf@ti.ch

Tel. 091 814 28 51

www4.ti.ch/

UR

sid.afj@ur.ch

tél. 041 875 23 16

www.ur.ch/

VD

info.incendies-foret@vd.ch

tél. 021 316 61 57

www.vd.ch/

VS

-

tél. 027 606 32 00

www.vs.ch/

ZG

info.afw@zg.ch

tél. 041 728 35 23

www.zg.ch/

ZH

wald@bd.zh.ch

tél. 043 259 27 50

www.zh.ch/waldbrandgefahr

FL

info.abs@llv.li

tél. + 423 236 69 16

www.abs.llv.li

OFEV

info@bafu.admin.ch

tél. 058 462 93 11

www.waldbrandgefahr.ch/